La mort du saltimbanque

La mort du saltimbanque, 50 x 100 cm, octobre 2012. Gustave Moreau

« Je ne prétends pas que la Joie ne puisse pas s’associer avec la Beauté,
mais je dis que la Joie [en] est un des ornements les plus vulgaires ;
– tandis que la mélancolie en est pour ainsi dire l’illustre compagne,
à ce point que je ne conçois guère (mon cerveau serait-il un miroir ensorcelé ?)
un type de Beauté où il n’y ait du Malheur.
– Appuyé sur, – d’autres diraient : obsédé par – ces idées,
on conçoit qu’il me serait difficile de ne pas conclure
que le plus parfait type de Beauté virile est Satan, – à la manière de Milton. »

Charles Baudelaire, Fusées, 133, 1887.