Les grotesques

Mise en image du poème « Les Grotesques », écrit par Paul Verlaine et publié dans les Poèmes Saturniens en 1867. Deux gravures sur bois format raisin ( 65 x 50 cm) sur Velin BFK Rives.

Les grotesques

Dialogue avec « Les grotesques » de Verlaine.

Leurs jambes pour toutes montures,                                                             La nature à l’homme s’allie
Pour tous biens l’or de leurs regards,                                                            Pour châtier comme il le faut
Par le chemin des aventures                                                                              L’orgueilleuse mélancolie
Ils vont haillonneux et hagards.                                                                      Qui vous fait marcher le front haut,

Le sage, indigné, les harangue ;                                                                         Et, vengeant sur vous le blasphème
Le sot plaint ces fous hasardeux ;                                                                     Des vastes espoirs véhéments,
Les enfants leur tirent la langue                                                                        Meurtrit votre front anathème
Et les filles se moquent d’eux.                                                                            Au choc rude des éléments.

C’est qu’odieux et ridicules,                                                                               C’est enfin que dans leurs prunelles
Et maléfiques en effet,                                                                                           Rit et pleure — fastidieux —
Ils ont l’air, sur les crépuscules,                                                                       L’amour des choses éternelles,
D’un mauvais rêve que l’on fait ;                                                                       Des vieux morts et des anciens dieux !

C’est que, sur leurs aigres guitares                                                                   Les juins brûlent et les décembres
Crispant la main des libertés,                                                                            Gèlent votre chair jusqu’aux os,
Ils nasillent des chants bizarres,                                                                       Et la fièvre envahit vos membres
Nostalgiques et révoltés ;                                                                                    Qui se déchirent aux roseaux.

— Donc, allez, vagabonds sans trêves,                                                          Tout vous repousse et tout vous navre,
Errez, funestes et maudits,                                                                                 Et quand la mort viendra pour vous,
Le long des gouffres et des grèves,                                                                 Maigre et froide, votre cadavre
Sous l’œil fermé des paradis !                                                                           Sera dédaigné par les loups !